Village de l’Alimentation et de l’innovation 2017

29 avril 2017
Actualité de NeoFood

En janvier 2017, Gabriel Levionnois a rencontré Manihi Lefoc, organisatrice du premier Village de l’alimentation et de l’innovation, prévu du 20 au 22 avril 2017. Suite à leurs échanges, et notamment à la brève présentation de Gabriel concernant le projet pilote, elle lui a proposé de faire partie des intervenants de son événement.

En février, Manihi a proposé à Gabriel les interventions suivantes :

  • Une conférence de présentation du Projet Pilote Recettes Bénéfiques
  • L’animation d’un Atelier de Cuisine, permettant d’illustrer le concept des Recettes Bénéfiques au grand public

www.vaitahiti.com

Présentation du Président de NeoFood au Village de l’Alimentation et de l’innovation :
Vendredi 21 Avril à 18h

Gabriel est revenu sur les principales rencontres que nous avons faits pendant les deux premiers jours de ce Village de l’Alimentation et de l’Innovation, et sur l’excellente fréquentation du site.

C’est une preuve que les Polynésiens, et les citoyens de manière plus générale sont intéressés par les défis d’aujourd’hui, concernant leur alimentation.

Il présente ensuite le Projet Pilote des Recettes Bénéfiques, soutenu par les Institutions Calédoniennes, et par l’Union Européenne (par l’intermédiaire de l’OCTA). Il démontre l’importance des Chefs – de « ceux qui dont à manger pour les autres » dans la vie quotidienne. En influençant positivement et en sensibilisant les chefs à utiliser des recettes bénéfiques, ont peu espérer créer un changement positif de comportement alimentaire des consommateurs.

Présentation de quelques schémas qui lui ont permet d’illustrer son propos :

La présentation se termine par des questions/réponses :

Est-ce que plusieurs « petit restaurant » pourraient adhérer à ce projet ?

Le but de ce projet est effectivement de connecter au final les acteurs du système alimentaire dans le Pacifique. Pour l’instant, nous sommes mandaté par nos partenaire pour expérimenter ce projet dans 3 cantines pilotes mais le but est que cela profite au maximum de professionnels, et donc des consommateurs.

Ce modèle appartient à toutes celles et ceux qui veulent s’inscrire dans cette cause.

On cherche à développer une « Cuisine sensorielle », pour revisiter l’approche culinaire classique, en utilisant d’avantage ses sens (cuisson, tour  de main, goût, variantes dans les recettes…). En utilisant le principe des Recettes Bénéfiques en Polynésie, il serait possible de mutualiser les forces des uns et des autres.

Est-ce qu’une implication dans ce projet serait possible de la part du gouvernement Polynésien ?

Beaucoup de sociétés privées produisent les repas dans les cantines. Il serait intéressant de les aider à avoir une autre approche, et pourquoi pas avec l’aide du Gouvernement de Polynésie. L’objectif est de produire des repas de qualité (nutritionnellement et gustativement) pour que les élèves ne désertent plus les cantines.  En effet, le Repas d’un jeune pris à l’extérieur échappe au contrôle des parents et des institutions.

Quoi qu’il en soit, la présence du gouvernement de Polynésie au Village de l’alimentation et de l’innovation est un bon signe.

Les enfants de l’école de mon fils n’aiment pas ce qui est servi à la cantine. Les poubelles sont pleines. En Polynésie, le budget par élève est de 140 Frs CFP, c’est difficile de produire des repas de qualité à ces prix-là !

Le gouvernement doit effectivement être partie prenante concernant ces questions. En Calédonie, le budget est de 195 Frs CFP pour les plateaux repas des élèves. Des projets pilotes sont effectués en France pour valoriser les cantines utilisant des produit locaux en augmentant le budget via des subventions (sponsoring).

Si la cantine consomme plus de produits locaux, il peut y avoir des intérêts économiques bénéfiques. Cependant, si l’on enlève le cuisiner de la société, que se passe t’il ? Quelle a été, est et sera sa place ?

Il est nécessaire de rééduquer les parents, les cuisiniers et les parents. On Demande souvent, dans notre société moderne aux autres de faire… mais on n’oublie pas que nous sommes tous des héros. Le cuisinier est un héros en produisant autant de repas.

Partager et diffuser de meilleures informations peut permettre d’arriver à un changement.

On parle beaucoup de la faible valeur du repas dans les cantines. Quelle part acceptons-nous de dépenser pour mieux manger. « Nous sommes aux premières étapes de ce changement, la cuisine est le centre de commandement de ce changement »

La table de composition des Aliments pourrait être un outil intéressant pour valoriser le côté nutritionnel des menus.

L’environnement de la cantine doit être repensé (baisse du bruit, décoration) pour leur redonner envie de la fréquenter. Qui est le cuisinier ? La création de lien avec les acteurs de la cantine et les enfants peut être un autre levier bénéfique pour rendre cette institution plus attirante.

Le Projet Recettes Bénéfiques prévoit de co-créer les Menus avec les chefs, les élèves, les spécialistes de la nutrition… Si on fait cela en NC, on peut facilement partager ces infos avec les Polynésiens grâce aux moyens numériques qui existent de nos jours. Les liens créés avec différentes personnes rencontrés sur le VAI pourront nous aider à faire évoluer positivement notre projet.

 

Questions d’ouvertures de Gabriel :

Comment éviter la délinquance alimentaire ?

Quel est le poids de la culture dans ce que l’on mange ?

N’est-il pas encore présent ?

Comment réinventer la culture culinaire ?

Recettes présentées au Public
Samedi 24 avril 2017

7h30, rendez-vous chez Ricky Wong pour récupérer le matériel nécessaire à la tenue de l’atelier de cuisine.

 

Recettes Bénéfiques présentées :

 

Les Bases :

Bouillon façon Pot-au-feu :

  • Rhizomes et Racine
  • Parfum Citronnelle, Combawa et épices

Légumes cuits dans le « Rice Cooker »

  • Sucres lents
  • Légumineuses
  • Feuilles

La Salade :

  • Réalisée avec les Légumes cuits dans le bouillon
  • Vinaigrette à l’huile d’olive aux agrumes

En Mixant :

  • Possibilité de préparer un « petit pot » pour bébé

Les questions posées par le public concernaient les notions d’équilibre alimentaire, de facilité d’exécution, et du temps nécessaire pour concrétiser ces recettes.